• 1. Faire un don

    write-a-letter

    Un don à la DDII aide les mineurs artisans et leurs familles à vivre des vies meilleures et plus productives, contribuant ainsi à la croissance et au développement des pays où ils travaillent.

  • 2. Écrire une lettre

    write-a-letter

    La DDII aborde les diamants dans l’optique du développement, agissant comme complément au Processus de Kimberley. Le Processus de Kimberley a vu le jour en 2003 pour mettre un terme au problème des diamants de la guerre ou « du sang ». À ce titre, le PK réglemente le commerce mondial des diamants bruts, mais les débats politiques ont parfois freiné l’adoption rapide de mesures correctrices efficaces face à certains problèmes. Une lettre adressée à la présidence du Processus de Kimberley exprimant votre appui à la réglementation la plus rigoureuse possible du commerce des diamants bruts pourrait s’avérer très efficace. Renseignements pour le Processus de Kimberley

  • 3. Demander à votre bijoutier

    write-a-letter

    À la fin de janvier 2010, la DDII lancera un programme à l’intention des bijoutiers des États-Unis et du Canada, appelé Les amis de la DDII. En retour de modestes frais d’adhésion, les bijoutiers recevront des renseignements périodiques sur la DDII, sur les « normes relatives aux diamants du développement » que nous sommes à élaborer et sur d’autres efforts visant à améliorer la vie des mineurs de diamants artisans, leurs familles et leurs collectivités. Les bijoutiers pourront communiquer cette information à leurs clients qui veulent en savoir davantage au sujet des efforts déployés pour assurer de meilleurs moyens de subsistance et garantir la vente de diamants « propres ». Demandez à votre bijoutier s’il participe au programme. Imprimez notre page couverture sur Les amis de la DDII et apportez-la lui.

  • 4. En parler à vos amis

    write-a-letter

    Parlez à vos amis de la DDII et songez à des moyens de les mobiliser ou d’élaborer avec eux leur propre projet d’appui à la DDII, tout comme l’a fait Tej Sood (Voir Tej Sood: Marathon Man).

    Se il vous plaît nous suivre et de partager sur les médias sociaux .

Collecte de fonds pour la DDI

marathon

Tej Sood:
Marathonien

Tej Sood est un éditeur à l’emploi de l’Anthem Press, à Londres. Il est aussi passionné de la course à pied. En novembre 2009, il s’est inscrit au réputé marathon de Florence. Ce marathon, qui en est à sa 26e édition, est la principale course en Italie et l’un des marathons les plus connus au monde. Plus de 9 000 personnes y participent, dont près du tiers proviennent de l’extérieur de l’Italie.

Personne n’est tenu de trouver des commanditaires, mais Tej connaissait un mécanisme de collecte de fonds en ligne appelé First Giving. First Giving permet à toute personne — aux enfants, aux étudiants, aux parents, aux professionnels — de créer sa propre page de collecte de fonds où elle explique les raisons d’appuyer un organisme de bienfaisance.

Tej a choisi la DDII. Il a affiché sur sa page un lien vers celle d’un marathon auquel il prévoyait participer de toute façon. La DDII n’a rien eu à débourser, et Tej a recueilli des centaines de dollars en participant à une de ses activités préférées.