Processus de Kimberley

Le Processus de Kimberley (PK) est une initiative conjointe de gouvernements, de l'industrie et de la société civile dont l'objectif est d'endiguer le flot des diamants de guerre, en particulier ceux utilisés par les mouvements rebelles pour financer des guerres contre des gouvernements légitimes.

Alors que la DDI est devenu opérationnel en 2008, ses membres ont été impliqués dans le Processus de Kimberley depuis sa création.

La DDI est un membre du Processus de Kimberley avec un statut d'observateur indépendant, et exerce plusieurs fonctions au sein du PK.

Agenda de développement:

La DDI est membre du Groupe de travail sur la production artisanale et alluviale (WGAAP), promouvant l'intégration de solutions de développement parallèlement aux exigences réglementaires du PK par les pays membres, et aidant à la formalisation de l'exploitation minière artisanale des diamants.

En Juin 2012, la Banque mondiale, l'USAID et la DDI, organisèrent conjointement la conférence « Renforcement du potentiel de développement du minage artisanale et à petite échelle », qui a renouvelé l'appel à la mise en œuvre de pratiques susceptibles de contribuer aux objectifs de formalisation et de développement durable.

A la Plénière du PK en Novembre 2012, la DDI a aidé à rédiger, développer et promouvoir l'adoption de la Déclaration de Washington sur l’ « amélioration des contrôles internes sur la production de diamants alluviaux. ». La déclaration met l'accent sur deux objectifs : renforcer la formalisation de l'exploitation minière artisanale et améliorer les conditions sociales des communautés d’extraction minière artisanale et à petite échelle (ASM). Il comprend une série de recommandations visant à améliorer la traçabilité, la réglementation et l'application ainsi qu’une plus grande sécurité économique et un développement durable dans les communautés de minage artisanale.

Un autre aspect de l'accent mis sur le développement par la DDI a été d'encourager les pays membres du PK à adopter les Normes relatives au Diamants de Développement comme une politique nationale dans leur propre pays.

DDI participe aussi en tant que membre provisoire du Groupe de travail chargé du suivi (WGM). Le WGM est responsable du mécanisme d'évaluation par les pairs, organise des visites d'examen et entreprend l'évaluation des rapports annuels afin d’assurer l'application intégrale du système de certification dans les pays participants.

Approche régionale du Processus de Kimberley:

La DDI est membre de l'équipe technique qui oriente et suit l'approche régional du PK pour les pays de l'Union du Fleuve Mano - Côte d'Ivoire, Guinée, Libéria et Sierra Leone. L'approche régionale a été établie par le Système de certification du processus de Kimberley pour relever les défis communs à la mise en œuvre du PK dans ces pays. L'approche régionale vise à améliorer l'application des lois, la sécurité de la mine à l'exportation, préserver les recettes publiques et assurer une plus grande valorisation des communautés d'extraction de diamants. L'équipe est composée de représentants du gouvernement de la RDC, de l'UE, du Partenariat Afrique Canada, et de la DDI. 

Assistance technique:

La DDI a assumé le rôle de coordination du programme d'assistance technique du Processus de Kimberley, facilitant un échange d'assistance technique entre pays membres du PK.

L'assistance technique est un soutien qui permet à un pays une meilleure mise en œuvre du Système de certification du Processus de Kimberley (SCPK) dans sa juridiction, comme la formation sur les contrôles internes, la collecte de données, l'évaluation, et la communication au sein du PK, par exemple. Les demandes d'assistance sont reçues des pays producteurs et jumelés à des offres d'assistance des autres pays membres ayant une expertise reconnue. Lorsque réalisée, l'assistance technique renforce les capacités et améliore la collaboration entre les pays membres, la création d'une responsabilité partagée pour l'efficacité du PK et l'amélioration de la conformité aux règlements du SCPK.

La DDI jumellera demandeurs et fournisseurs, suivra les demandes et évaluera les résultats.

Les pays souhaitant présenter une demande d'assistance technique peuvent le faire en remplissant un formulaire de demande en ligne: http://www.kimberleyprocess.com/en/request-technical-assistance-0

Les questions sur l'assistance technique peuvent être adressées à la DDI au TA@ddiglobal.org.