De Maendeleo Diamond à My Fair Diamond par une route bien éclairée

De Maendeleo Diamond à My Fair Diamond par une route bien éclairée

Farandu, Sierra Leone, est loin d’Anvers, de la Belgique … et d’ailleurs d’Ottawa, Canada. Mais la route qui les relie est la preuve que les bijoux en diamants peuvent être retracés jusqu’à la source, même si cette source est une mine dans une communauté éloignée en Afrique.

Et au-delà de la traçabilité, il est désormais possible, à chaque étape du processus, d’être manifestement éthique et responsable.

L’Initiative diamant et développement travaille dans le district riche en diamants de Kono, en Sierra Leone, où les creuseurs utilisent pelles et tamis dans la recherche laborieuse des pierres qui leur permettent de gagner leur vie. Les conditions de travail peuvent être dangereuses et des enfants sont parfois présents sur les sites. Souvent, on ne tient pas compte de la santé et de l’assainissement ou de l’impact environnemental des opérations minières. Et si quelqu’un trouve un diamant, il est remis à un opérateur ou sponsor de site, qui le vend au commerçant le plus proche et empoche le bénéfice.

Afin de résoudre ces problèmes, la DDI a établi les Normes pour des diamants Maendeleo (NDM). Dans les opérations minières autour du district de Kono, de même qu’à Farandu, les creuseurs et les opérateurs de sites sont formés sur des questions importantes telles que la sécurité des travailleurs, le respect des droits de l’homme et la durabilité environnementale. La DDI forme et encadre les exploitants à mesure qu’ils apprennent à appliquer les nouvelles normes et se préparent à l’évaluation. Un auditeur indépendant vérifie ensuite leur conformité et recommande ou non leur exploitation pour la certification NDM.

Les diamants produits par des exploitants artisanaux formés, dans des opérations conformes aux NDM, deviennent des diamants Maendeleo, certifiés comme étant éthiquement produits.

Cependant, la production responsable n’est pas suffisante. Afin d’intégrer l’exploitation minière artisanale – qui opère souvent dans les marges informelles – dans l’économie formelle, l’un des objectifs du programme NDM est d’offrir aux exploitants artisanaux l’accès aux marchés internationaux.

L’avantage évident des ventes internationales est la possibilité de meilleurs prix pour les diamants produits artisanalement et la possibilité de répondre aux consommateurs consciencieux avec un produit unique et propre. Mais, la route entre la mine et le consommateur a toujours été longue et sinueuse.

Place à CAP Source. Entreprise de diamant durable basée en Belgique, CAP Source a pour objectif de générer un impact positif à chaque étape de la chaîne de valeur. Cela signifie aller au-delà du « sans conflit », en recherchant des diamants éthiques qui contribuent au développement local et en les faisant passer par la chaîne de valeur jusqu’au détail, avec le même soin éthique.

Marie d’Huart, co-fondatrice de CAP Source est motivée par les possibilités. « Nous pouvons acheter des diamants Maendeleo dans une mine que nous avons visitée, de creuseurs que nous avons rencontrés. Ensuite, nous choisissons les personnes qui coupent et polissent les pierres, des personnes ayant des convictions de durabilité. Nous les faisons concevoir de manière personnalisée, en utilisant de l’or équitable. Toute la chaîne est traçable, éthique et personnelle. »

Le produit final est la ligne de bijoux « My Fair Diamond », la première en son genre, mais avec la détermination de deux organisations comme la DDI et CAP Source, certainement pas la dernière.

La collection inaugurale, portant bien son nom de Farandu, la mine à la source des diamants, est actuellement en exposition. Le DIVA Antwerp Museum a acheté le plus grand anneau, qui contient trois diamants et qui s’appelle Couronne, comme un témoignage des opérations responsables des exploitants artisanaux de diamant à Farandu et de tous ceux qui ont porté ces pierres le long de la route pour réaliser des bijoux éthiques, unique, de luxe … de la mine au doigt.